La Coquille
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Bulletin d’information des propriétaires de Safari Condo vol. 7 num. 1, Avril 2005


 


Safari Condo : the next generation!

 

Par Dominique Nadeau

(20 ans, fille de Michèle et Daniel Nadeau)

 

Je fais du camping depuis ma plus tendre enfance. Voyez-vous, mes parents sont non seulement des amateurs de plein air, mais, comme vous le savez peut-être, ils sont des passionnés du camping. Alors que ma pseudo crise d’adolescence débutait, j’ai tranquillement délaissé le camping, réalisant que ce n’était pas une aussi grande passion pour moi que pour mes parents. Ces derniers ont alors recommencé à camper en jeunes mariés, comme dans les bons vieux jours précédant l’arrivée de leur fille chérie. Quelques années plus tard, un changement soudain se produisit et, du jour au lendemain, j’allais faire de la marche en montagne et m’enthousiasmais pour les  randonnées de vélo. Comme tout bon parent doit le savoir, la seule raison possible d’un changement aussi drastique chez une jeune femme ne peut être que l’arrivée d’un «chum»!

 

Ainsi, pour célébrer la fin de ma première année à l’université, mon chum et moi avions décidé de prendre nos premières vacances ensemble. Puisque nous avions un budget plutôt limité, les avantages du camping devinrent de plus en plus clairs et séduisants : aucune chambre d’hôtel dispendieuse, moins de repas coûteux au restaurant, ainsi qu’une grande autonomie et une immense liberté. Heureusement, j’ai d’excellents contacts chez Safari Condo, et j’ai pu emprunter le Safari Condo SC de ma mère pour notre escapade de 12 jours sur les îles côtières de la Caroline du Nord.

 

Après avoir vécu quelques difficultés mineures lorsque je remplissais le campeur (vous devez comprendre que je ne suis plus habituée à voyager léger), nous étions fin prêts pour le grand départ. La route pour se rendre à Kill Devil Hills, dans la région de Cap Hatteras, est assez longue et lorsque nous sommes finalement arrivés à destination, comme nous étions fatigués, nous avons décidé de passer la nuit dans l’un des deux campings qu’on y retrouve. ATTENTION : aucun des deux campings n’est particulièrement attirant; je recommande donc fortement de continuer jusqu’à Nags Head, la prochaine ville, où l’on trouve un plus grand choix de campings. Le jour suivant, nous avons exploré Kill Devil Hills, qui est constitué principalement en un  gros boulevard, d’énormes minigolfs, et d’un nombre impressionnants de chalets. Nous nous sommes quand même cultivés un peu en visitant le parc commémoratif du premier vol des frères Wright : une attraction fort passionnante. Il est aussi intéressant de noter que les gens à vélos y entrent gratuitement.

 

Par la suite, en prenant notre temps, nous avons continué notre route vers le sud, jusqu’au camping KOA de Chicomacomico (au sud de Oregon Inlet, voir la carte de la région). Suivant la tradition KOA, ce terrain de camping était exceptionnellement propre (ce qui fut apprécié, après notre nuit à l’autre camping) et il offrait  tout ce que quelqu’un peu désirer (salle de lavage, salle de jeu, piscine, bain tourbillon etc.). Encore mieux, nous avions  aussi un accès direct à la plage! Par contre, notre séjour au Koa fut de loin le plus dispendieux de nos vacances, ce dernier coûtant plus du double que tous les autres campings où nous avons séjourné par la suite. Lors de notre première nuit au KOA,  nous avons fait bon usage du bain tourbillon, puis nous nous sommes fait un feu de camp sur la plage. Ce fut une des nombreuses expériences inoubliables de nos vacances. Assise dans le noir, les pieds dans le sable, écoutant les vagues qui venaient se jeter sur la plage avec rage, je me sentais comme une naufragée, blottie  près de notre feu de camp. Le lendemain, nous avons passé notre journée sur la plage à attraper des coups de soleil, peu importe le nombre de couches de crème solaire que nous appliquions; il s’en suit donc que notre prochain achat fut un parasol!

 

Après nos deux nuits au KOA, nous avons décidé de continuer notre exploration vers le sud où nous avons traversé les villes de Buxton et de Hatteras. Je vous recommande grandement la visite du phare de Cap Hatteras, le plus haut phare des Etats-Unis. Si vous avez un cardio en béton, son ascension vous offrira une vue imprenable sur toute la région.  Après la visite du phare, nous avons poussé jusqu’à la ville de Cap Hatteras ou nous avons pris le traversier pour Ocracoke Island.

 

Si je n’avais qu’un seul endroit à vous recommander, ça serait d’oublier tout ce qui précède et de venir à Ocracoke Island et d’y demeurer le plus longtemps possible. Stéphane et moi avons tellement aimé l’endroit, que nous y sommes restés jusqu’au dernier jour de nos vacances.  Toute l’île fait partie du Cape Hatteras National Seashore, sauf pour la petite ville portuaire de Ocracoke. Les plages sont les plus jolies de toutes celles que nous avons vues dans  les îles côtières de la Caroline du nord. L’eau est aussi la plus chaude, me permettant un petit bain dans l’océan pour la première fois de nos vacances. Le camping du parc offre un abri très propre à petit prix (20$ la nuit). De plus, plusieurs sites possèdent leur propre accès à la plage. Vraiment, la beauté de l’île et des plages valait amplement le léger inconfort des douches à l’eau froide. Et ceci vous vient d’une fille généralement pas mal tatillonne (moumoune) J Si vous êtes des enthousiastes du vélo, le camping se trouve à environ 5 Km de l’entrée de la ville, ce qui vous mettra tout juste en appétit. Ocracoke est remplie de charmantes petites boutiques, de restaurants et vous pouvez y louer tous les types d’embarcations imaginables qui peuvent flotter sur l’eau.

 

Pour des gens qui n’avaient pas campé depuis des années, Stéphane et moi avons repris le temps perdu en un rien de temps. Il faut croire que je suis tombée dans la marmite lorsque j’étais petite. Nous avons partagé de copieux déjeuners et de délicieux soupers, ces derniers presque toujours arrosés d’une  bonne bouteille de  vin. J’ai vraiment reçu le traitement royal puisque Stéphane m’a amené souper, au coucher du soleil, directement  sur la plage avec la Safari Condo. Heureusement pour nous, la Safari Condo de ma mère a quatre roues motrices et si vous pensez vous aventurer sur la plage pour un petit souper au coucher du soleil, je vous recommande fortement d’y aller seulement si vous avez un 4X4. En effet, vous devez aussi avoir un cœur d’aventurier puisque les chances de s’enliser sont grandes. Non, nous ne sommes pas restés pris la première fois, mais lors de notre second souper… Par chance nous avons découvert que de dégonfler les pneus vous tire d’affaire en un rien de temps!

 

Nous avons tellement aimé notre voyage que nous avons eu du mal à revenir à la réalité. Mais la passion du camping m’habite de nouveau et Stéphane et moi planifions d’autres petites escapades pour l’été qui s’en vient.

 

Passez une magnifique saison de camping!

 

Jeu de cartes

Par Camil Bouchard

 

Lorsque nous partons en voyage, il arrive souvent que nous pensions à apporter des cartes à jouer. Le soir, une petite partie, ça nous aide à nous préparer pour la nuit. Mais ce n’est pas de ce type de carte dont je veux vous parler; non plus de cartes géographiques.

 

Si vous allez aux États-Unis et que vous voulez coucher dans les relais routiers communément appelés truck stop, il est utile de se procurer la carte de la chaîne Flying J. Cette carte de fidélisation est gratuite, et on peut obtenir 1 sou de rabais par gallon sur l’essence et  5 sous de rabais par gallon sur le propane. C’est intéressant surtout si on considère que, de façon générale, ces stations offrent les meilleurs prix pour l’essence. De plus, on peut obtenir des rabais sur les prix des douches. Prendre une douche à deux coûte 6,50$ US serviettes, savon et shampoing fournis.

 

Une autre carte qui peut être économique, c’est la carte des parcs nationaux canadiens ou la National Parks Pass des parcs nationaux américains.

 

Cette dernière coûte 50,00$ US et est valide pour une année complète. Si vous allez dans un coin de pays où il y a beaucoup de parcs à visiter, c’est drôlement économique. Le laissez-passer est aussi valide pour les National Monuments. Deux adultes et la voiture entrent gratuitement en présentant la carte dans tous les parcs américains. Si on veut camper dans le parc, on ne paie que pour la location du terrain de camping. (12,00$ environ). Pour vous donner une idée, Denise et moi avons visité, lors de notre voyage en Arizona, 5 national parks et 3 national monuments pour un montant total de 96,00$ US. Nous avons donc économisé 46,00$ et notre carte est utilisable pendant un an.

 

C’est un peu le même principe pour les parcs nationaux canadiens. On offre une carte d’entrée valide pour 28 parcs nationaux ou une carte pour 74 lieux historiques canadiens. Ces cartes sont aussi valides pour 1 an.

 

Une carte qui peut servir souvent est la carte des différentes chaînes de camping : KOA, Passport America ou Encore, pour n’en nommer que quelques-unes. C’est à vous de choisir selon votre destination. Nous possédons la carte KOA et nous l’utilisons à l’occasion. Avec le rabais offert, la nuitée revient au même prix que dans les autres campings avec en prime des sanitaires généralement très propres. Lorsque c’est le temps de la lessive, c’est une bonne place pour dormir.

 

La dernière, enfin, c’est la carte de la Fédération québécoise de camping caravaning. En devenant membre de la FQCC, on est abonné automatiquement à la revue Camping Caravaning et la carte privilège nous permet d’avoir un rabais de 3% sur l’essence toute l’année pour tous les véhicules dans les stations Couche Tard.

 

Comme vous pouvez le constater, en plus des cartes routières, on peut avoir tout un jeu de cartes pour voyager. À vous de choisir. Vous pouvez obtenir des renseignements supplémentaires en consultant les différents sites internet suivants : www.flyingj.com  www.nationalparks.org  www.pc.gc.ca  www.koa.com www.campingquebec.com

 

 

Réel plaisir!

Par Diane Rainville

 

Quoi de plus agréable que de s'adonner au kayak de mer! Se promener à fleur d'eau, être en pleine nature, et avoir l'occasion de jouer avec les huards !

Comme c'est une embarcation qui est très silencieuse, on peut facilement faire de l'ornithologie.

 

L'an dernier, nous sommes allés en Abitibi dans le Parc d'Aiguebelle. Comme nous n’étions pas encore les heureux propriétaires d’une Safari Condo, nous avions loué le chalet "La Demoiselle", qui est situé sur le bord du lac Loïs.  Alors, tôt le matin, nous descendions à nos kayaks, et nous allions nous promener sur l'eau calme dans la fraîcheur de l'aube !

 

Nous avons pu observer de nombreux rapaces, des castors à l'oeuvre ainsi qu'une petite famille de Grues du Canada.  Fascinant !

 

Et la journée la plus fructueuse en observation a été celle où il a plu. Mais, quand on est bien équipé, c’est-à-dire être au sec et à la chaleur, rien ne nous dérange vraiment ! On a observé à volonté un Grand Duc, perché sur une branche, à moitié endormi. Il était magnifique! Malgré la température, ce sont des moments divins !

 

Alors, on a bien hâte de se retrouver encore sur un de ces cours d'eau, où plein de belles surprises nous attendent !

 

Cyclotourisme en Europe

Par Jean-Claude Bélanger

 

Êtes-vous des amateurs de vélo? Aimez-vous faire du cyclotourisme, c'est-à-dire partir à vélo avec sacoches et prendre le temps de visiter des coins que l'on a déjà vus en voiture mais qui prennent une toute autre dimension à vélo? On ne roule plus pour voir se dérouler l'asphalte à nos pieds mais on roule pour mieux voir le paysage, mieux sentir les odeurs des champs et surtout prendre le temps de parler avec les gens que nous rencontrons qui sont toujours très accueillants pour les cyclotouristes. Si vous n'avez jamais essayé vous manquez quelque chose. Au Québec, nous avons beaucoup de belles régions où nous pouvons faire du cyclotourisme et c'est certainement chez nous qu'il faut commencer.

 

Cependant, après quelques expériences en cyclotourisme acquises chez nous, on peut envisager rouler en Europe. Là, c'est une nouvelle expérience, car les distances entre les villages sont courtes, les petites routes sont nombreuses et moins endommagées que les nôtres, les automobilistes plus respectueux des cyclistes et enfin ces vieux pays sont pleins d'histoire. Il y a donc beaucoup à découvrir.

 

Depuis une dizaine d'années, nous avons fait, Micheline et moi, plusieurs voyages de vélo en Europe. D'abord aux Pays-Bas, ensuite un circuit en Alsace, le trajet Paris-Toulouse et finalement l'été dernier la Vallée du Pô et la Toscane en Italie.  Il y a plusieurs façons de faire un voyage de vélo en Europe. D'abord le voyage organisé comme ceux offerts par le Tour de l'Ile. L'organisation s'occupe de toute la logistique; trajet, réservation d'hôtels, transport de bagages et encadrement. La durée du séjour est généralement de deux semaines, vous roulez une dizaine de jours et vous faites entre 75 et 100 km par jour. Je connais plusieurs personnes qui ont fait ce type de voyages et en général,  elles ont été satisfaites. C'est une formule intéressante pour une première expérience de cyclotourisme à l'étranger. De notre côté, nous trouvons que ce type de voyage est relativement cher, que la durée est trop courte et qu'il nous offre trop peu de temps pour visiter, car les étapes quotidiennes sont un peu longues. Nous avons donc préféré partir en petits groupes (4 à 6 personnes), planifier notre trajet et avoir ainsi toute notre autonomie.

 

Voici en quelques paragraphes un résumé de notre voyage de l'été dernier en Italie. Nous avons préparé notre itinéraire avec l'aide du guide Lonely Planet Cycling Italy, des contacts que nous avions avec des personnes qui avaient déjà fait ce circuit et par des recherches sur Internet.

 

Pour chacune de nos journées de notre séjour de 30 jours nous avions un trajet détaillé, les principales attractions à voir dans la journée ainsi qu'une liste d'hébergements possibles. Nous avions cependant réservé par Internet des hôtels à Vérone, Florence, Sienne et à Rome. Nous sommes arrivés à Nice en France avec nos vélos, car nous voulions faire la Vallée du Pô au nord de l'Italie. Air Transat offrait un vol nolisé Montréal-Nice moins cher qu'un vol vers Milan ou ailleurs en Italie. Nous avons apporté nos propres vélos; il n'y a pas de frais pour le transport du vélo mais on doit le placer dans un sac ou une boîte. De Nice nous avons utilisé le train pour nous rendre à Pavia, la première petite ville en Italie. De là, nous avons circulé pendant cinq jours sur de petites routes de campagne ou des chemins de digue vers Vérone. Le terrain dans cette région étant très plat nous pouvions alors faire entre 70 et 90 km par jour et avoir tout notre temps pour visiter à notre guise et nous arrêter pour le lunch dans un des nombreux jolis villages.

 

Comme en vélo nous parcourons des distances relativement courtes à chaque jour, il est difficile de visiter plusieurs régions,  alors le train devient un bon moyen de changer de région et ainsi pouvoir visiter une autre partie d'un pays. De Vérone, nous avons donc pris le train pour nous rendre à Florence.  L'utilisation du train avec les vélos est assez facile en Italie comme en France, mais il faut bien s'informer au préalable parce que ce ne sont pas tous les trains qui acceptent les vélos.

 

Après deux jours de visite à Florence et un peu de vélo, les vraies journées de vélo ont débuté. Distances quotidiennes assez courtes entre 50 et 70 km mais la Toscane est une région de montagnes et bien que nous soyons en septembre le soleil ne semble pas le même qu'au Québec, car il chauffe drôlement plus. Presque toutes nos journées se terminaient dans des beaux villages médiévaux toujours situés sur de hautes buttes. Montées de 10 à 12 km mais sur des routes en lacets avec des inclinaisons raisonnables et le respect incroyable des automobilistes qui attendaient patiemment le bon moment pour nous dépasser. Arrivés au sommet de ces cols, les paysages étaient toujours extraordinaires avec des vues de 360 degrés accompagnées d'une belle sensation de s'être dépassés encore une fois. Ensuite, sur une terrasse en goûtant bien l'atmosphère de ces endroits très anciens, le repos avec une bonne bière froide ou une excellente 'gelato' italienne. Après une bonne douche et un peu de lavage de linge, c'est sans remord que nous dégustons un repas de pâtes comme les Italiens savent les préparer, bien arrosées évidemment de vin de la région. Une bonne nuit de repos - nous avons toujours eu de la facilité à trouver les hébergements bien que parfois un peu chers - et le lendemain matin la longue montée de la veille devient le cadeau de la journée, une belle longue descente de 10 à 12 km sans crainte de rencontrer un gros cratère dans l'asphalte qui vous fera prendre une bonne 'débarque' . Et c'est reparti pour une autre belle journée de découvertes et de rencontres avec des gens qui ne parlent pas la même langue que vous mais dont on sent la chaleur quand même. Les principaux endroits où nous nous sommes arrêtés ont été Greve in Chianti, Montevarchi, Arezzo, Montepulciano, Montalcino, San Gimignano, Volterra, San Vicenzo  et Follonica le long de la mer. Nous avons parcouru un peu plus de 1100 km en 20 jours de vélo.

 

Notre dernière étape a été Rome où nous n'avons pas vraiment fait de vélo sinon pour nous rendre à notre appartement. Rome est absolument à éviter en vélo, c'est une ville où la circulation est très dense et où les très nombreux motocyclistes occupent tout l'espace entre la circulation et les autos stationnées. Pas de place pour vous. 

 

Nous gardons d'excellents souvenirs de tous nos voyages de cyclotourisme mais nous sommes vraiment 'accro' de ceux en Europe. Nous comptons certainement y retourner. Pour ceux et celles qui aimeraient avoir de l'aide à organiser un tel voyage il nous fera plaisir de les rencontrer ou de leur fournir de la documentation. Par ailleurs, si vous avec déjà fait des voyages cyclotourisme à l'étranger, j'aimerais aussi en prendre connaissance. C'est comme ça que les nouveaux projets se dessinent.

 

En terminant une petite suggestion, pourquoi pas combiner vos voyages en Safari Condo avec un circuit de quelques jours en vélo avec sacoche et petit Bed and Breakfast - histoire de vivre une nouvelle expérience de plein air!

Bon voyage!

 

 

Commandites sans scandales!

 

Cet été, deux véhicules Safari Condo traverseront le Canada avec à leur bord des athlètes qui iront au bout de leurs forces afin de recueillir des fonds pour des causes qui leur sont chères. L’équipe de Safari Condo est  heureuse de s’associer à eux afin de leur faciliter leur périple.  Nous les laissons vous décrire leur projet :

 

Le Canada à vélo

Par Rob Argalis

En mai prochain, j’entreprendrai  la traversée du Canada à vélo afin de sensibiliser la population et d’amasser des fonds pour la Société canadienne de l’arthrite. Ceci n’est pas seulement un autre exploit cycliste. J’utiliserai un triporteur à crème glacée modifié, afin de rappeler aux gens que les tâches les plus simples  peuvent se transformer en  un véritable combat, pour les gens souffrant d’arthrite. Ma mère fait partie des plus de quatre millions de Canadiens aux prises avec cette maladie et son combat sera ma motivation pour ce projet appelé «Spoking for More».

 

J’amorcerai mon voyage à Vancouver au début du mois de mai 2005. Accompagné de ma Safari Condo, je traverserai le Canada et le Nord des Etats-Unis pour terminer mon périple à Halifax au mois d’août. Ce sera un voyage épuisant, mais je sais qu’à la fin de chaque journée, je pourrai relaxer dans ma Safari Condo.

 

La Société d’arthrite est la seule organisation canadienne sans but lucratif qui promeut l’éducation, le support et offre des solutions basées sur la recherche aux Canadiens vivant avec l’arthrite. Depuis sa création en 1948, la Société d’arthrite a investi plus de $100 millions dans la recherche afin de développer des traitements efficaces et, en bout de ligne, guérir l’arthrite.

 

Vous pouvez suivre mes progrès sur mon site web, www.spokingformore.com,  et gardez l’œil ouvert au cas ou vous verriez passer mon triporteur ou ma Safari Condo : je pourrais bien pédaler tout près de chez-vous!

 

Merci.

 

Rob Argalis

160 Sunset Drive

Tiverton

Ontario,Canada

N0G 2T0

Home 1-519-368-2725

[email protected]

www.spokingformore.com

 

Un grand voyage pour une grande cause

 

Revenir à pied de Vancouver vers Québec, du mois d’avril au mois de septembre 2005, voilà le défi que c’est fixé Judith Doyon afin d’amasser des fonds  pour la YWCA qui vient en aide aux femmes dont la vie a basculé puisqu’elle a déjà bénéficié de l’aide d’autres femmes tout au long de sa vie personnelle et professionnelle. Son objectif est d’amasser 130 000 $ pour aider les femmes dans le besoin. Safari Condo est fier de s'associer à Mme Judith Doyon dans sa traversée du Canada et d'appuyer le YMCA et la cause des femmes dans le besoin. Notre implication consiste à fournir un Safari Condo qui offrira le gîte et sera le compagnon de voyage de Mme Doyon pendant son long périple, qui la mènera d'un bout à l'autre du pays. Vous pouvez suivre les progrès de Mme Doyon et de son équipage en consultant le site  internet suivant : www.5130km.qc.ca

Toute l'équipe de Safari Condo souhaite bonne chance à M. Argalis et à Mme Doyon dans leur aventure et nous sommes certains que leurs objectifs seront dépassés!

 

Les conseils de Daniel

Par Daniel

 

Le printemps et votre chauffe-eau électrique 2Litres (ISE)

 

Avant d’utiliser votre chauffe-eau pour la première fois de la saison, vous devez vous assurer que celui-ci est bien rempli d’eau afin d’éviter que l’élément ne surchauffe et ne déclenche la protection thermique à l’intérieur.   Pour ce faire, lorsque vous ferez le plein d’eau au printemps, vous n’avez qu’à faire couler l’eau en ouvrant le robinet d’eau chaude et laissez couler pendant au moins quatre minutes, le temps que l’eau emplisse complètement le chauffe-eau. Si le chauffe-eau ne fonctionne pas, lorsqu’il sera plein et branché avec l’interrupteur à la position chauffe-eau, votre problème vient  probablement de la protection thermique du chauffe-eau qui s’est déclenchée. Pour réarmer, enlevez le petit couvercle à l’avant du chauffe-eau et appuyez sur la plaque de plastique marquée reset .

 

Vous avez un chauffe-eau au propane?

 

Avant d’allumer votre chauffe-eau pour la première fois de la saison, vous devez vous assurer que celui-ci est bien rempli d’eau afin d’éviter de l’endommager. Avant de l’emplir, s’assurez-vous que les deux valves de dérivation sont en position horizontale (pour faire le plein, voir le manuel de Safari Condo). Une fois le plein effectué, pour savoir si le chauffe-eau est bien rempli, mettre la pompe à on, enlever la grille extérieure du chauffe-eau et  ouvrir la valve de sécurité située dans le haut du chauffe-eau. Si l’eau coule, votre chauffe-eau est plein. Vous pouvez maintenant vous en servir.

 

 

Comment prendre soin de votre auvent

 

L’auvent de votre véhicule vous sert de  parasol, de parapluie, d’abri contre de la fraîcheur du soir, de séchoir pour vos serviettes, de véranda et que sais-je encore. Il est un équipement indispensable et pour le conserver pendant de nombreuses années voici quelques conseils :

 

1 : Vérifier régulièrement les supports de votre auvent afin de détecter s’il existe un mouvement entre la base des supports et le toit du véhicule. Il ne doit pas y avoir de jeu à la base des supports, à l’endroit où ceux-ci sont fixés au toit du  véhicule. Les supports peuvent plier légèrement mais ne devraient pas bouger à leur jonction avec le toit. Si c’était le cas, enlevez complètement l’auvent d’après les supports et prenez un rendez-vous à l’usine afin que nous puissions le fixer de nouveau.

 

2 : Toujours assujettir votre auvent au sol à l’aide des piquets lorsque vous le montez. Un coup de vent est si vite arrivé! J

 

3 : Personnellement, je le fixe aussi avec des cordes, un peu comme on le fait avec une tente, afin d’avoir l’esprit en paix.

 

4 : Si vous partez en vélo pour l’après-midi et que le ciel est à l’orage, mieux vaut le démonter. Ça prend peut-être deux minutes, mais c’est moins pire que de le ramasser de l’autre côté du camion.

 

5 : Après le vent, l’eau est le principal ennemi de votre auvent .Ceux qui l’on vécu savent de quoi je veux parler (hein Camil?) c’est le syndrome de  la poche d’eau. En effet si vous n’inclinez pas assez votre auvent sur un côté et qu’il se met à pleuvoir, il se formera un poche au milieu et, avec le poids de l’eau, les bras qui servent à son ouverture peuvent se briser ou la toile peut se déchirer.

 

Bonne saison de camping à tous et à toutes!

 

 

Nous serons en grand nombre à Shawinigan lors de la fin de semaine de la St-Jean-Baptiste! Plus de 140 équipages se blottiront sur l’ Île Melville! Pour vous y rendre, rien de plus facile : De Trois-Rivières, prendre l’autoroute 55 Nord, sortie 211. Suivre les indications de la Cité de L’Énergie.

 

Comme nous atteindrons un record de participation, nous vous demandons de ne pas monter de tente-cuisine et d’apporter des rallonges électriques ainsi que des barres à prises multiples. Vu que nous serons sur un terrain de camping bien pourvu en service électrique, nous croyons bien que tous pourront brancher leur véhicule au cours de la fin de semaine.

 

Pour soulager les gentils organisateurs, nous aurons besoin de bénévoles pour quelques petites tâches au cours de la fin de semaine. Si vous êtes intéressés, communiquez avec l’usine (1-877-806-3666) et laissez vos coordonnées et vos disponibilités. Un g.o. communiquera avec vous.

 

Préparez-vous, ce sera la fête!